GROUPE LEADERS

GROUPE LEADERS

Depuis plusieurs années, nous souhaitions découvrir Leaders. Le temps de nous imaginer un nombre incalculable de mise en scène, de répertoires possibles, source d’inspiration alimentée par un historique très riche du groupe (sa création remonte à 1966) et en raison d’échos plus qu’élogieux pour un groupe rock sans modération souvent proche du concert et du show.
Leaders c’est aussi de belles histoires comme cet épisode du groupe ‘Sexe dur’, qui correspond à un nom d’emprunt utilisé à l’époque ou Leaders ayant un contrat avec une maison de disque, ne pouvait légalement plus faire de bal…
Se retrouver face à un tel groupe et devant les figures emblématiques qui le compose, c’est déjà pour nous énorme !

Un répertoire qui respecte l'esprit rock, sans tomber dans la Variété et la Dance.

- Leaders démarre fort avec ‘Got to have faith’d’un groupe peu médiatisé, Europe connu surtout par les amateurs de Hard-rock. Un 1er ¼ d’heure de folie avec Franz Ferdinant ’Take me out’, The Killers ’Somebody told me’ ou U2 ’Vertigo’.

- Côté spectacle, le public est servi. De somptueux jeux de flammes tout au long de la soirée dont cet embrassement du plateau sur ’We will rock you’ de Queen, jusqu’au moment tant attendu et qui fait parti de l’identité de Leaders : le Show ACDC…
Du casque en feu dont les flammes s’associent aux sonorités de la guitare de Henri Belloc jusqu’au final avec l’embrassement d’une guitare qui finira en débris, c’est chaud !
’Live wire’, ’Thunderstruck’ ou ce final sur ’Highway to hell’ ou l’on retrouve Henri Belloc sur la console régie, au milieu du public composent les titres de ce temps fort.
Coup de chapeau à ce guitariste chanteur sur qui le groupe repose et qui très tôt, a été envoûté par ACDC. Il le traduit parfaitement.
ACDC sera aussi présent en final de la soirée avec des titres tel que ’T.N.T’

- Programmation très rock ou l’on peut écouter Nirvana, The Offspring ’ The kids aren’t alright’, apprécier les accompagnements à la guitare de Fabrice Dumas sur Placebo ’The bitter end’ et ’Anti social’. Fabrice que l’on retrouve également au chant sur ’Should i stay or should i go’ des Clash.
Ce guitariste est un véritable phénomène. Découvrant d’abord très jeune Leaders sur scène par la présence de Yves Dumas aux claviers, il intègre le groupe après un détour à l’Université de Berkeley en Californie.
Et quel plaisir de l’écouter avec par exemple 'Guitar Storm' cette variation du thème classique de Vivaldi ’Les 4 saisons’ (visite de l’été et du tempo impettuoso d’Estate) qui résonne encore en nous et que nous tenons à vous faire découvrir
Du pur régal.

- Programmation plaisante ou l’on retrouve en vrac Noir désir ’L’homme pressé’, Luke avec 2 titres ’Soledad’ et ’La sentinelle’ ou bien encore Status Quo ’Whatever you want’ et même Elvis et cette version de ’Jailhouse rock’

- Rien à dire sur le plan musical avec une rythmique composée de Yves Dumas dont on apprécie le son des claviers notamment sur ’Le brio’ de Big Soul et sur le final de ’ Smoke on the water ‘ en échos à la guitare de Fabrice.
Notons la présence de Christophe Diaz issu de la Drumtech de Londres et le l’école Agostini et présent avec le groupe depuis 6 ans qui nous offre un beau solo sur un plateau tournant, les baguettes en feu….
Enfin, Patrick Arpaillange, basse et chant notamment dans le show ACDC et sur des reprises telle que Téléphone ’Un autre monde’.

- Un Bravo sincère également, car ce ne sont pas moins de 3 compositions du groupe qui sont offertes au public au cours de la soirée ce qui est rare dans l’univers du bal, l’occasion de souligner aussi la richesse de la discographie de ce groupe depuis une vingtaine d’années.
Le plaisir de retrouver en scène pour les connaisseurs ’Tes yeux’, ’au-delà des villes’ ou ’Chaleur intense’, un titre qui donne une nouvelle occasion pour Henri Belloc de faire le spectacle par un strip-tease en présence de Choupette, une magnifique guitare en forme…de sexe !

- Leaders, c’est un ensemble de contrastes que le groupe maîtrise fort bien.
Dans la programmation d’abord : passer de ACDC à ’Manhattan Kaboul’, il fallait oser !
Par la présence d’un élément féminin dans le groupe ce qui apporte incontestablement un plus en raison des apparitions bien pensées de Patricia Villalba.

- Un show, un spectacle, proche du concert en raison d’un son ( David Garcia) et d’un éclairage (Jean-Pierre Valette) proche de la perfection avec une mention spéciale pour les couleurs.

À L'ÉCOUTE :